IMG_3023-copie

La vaste famille des marguerites est aussi bien représentée dans le jardin qu’elle l’est à l’état naturel. Faciles à cultiver, ces plantes aux couleurs variées sont particulièrement appréciables l’été, quand leur floraison longue et tardive permet de garnir le jardin en perte de vitesse. Vous les aimerez un peu, beaucoup…

IMG_1457-copie

Les astéracées englobent de nombreuses espèces qui ont conquis nos jardins grâce à leurs qualités esthétiques, la facilité de leur culture dans des conditions variées et leur longue floraison. On y trouve les marguerites, les asters, les dahlias, les soucis… Sachez que ces fleurs n’en sont pas ! Assemblages de dizaines de microfleurs tubulaires collées les unes aux autres, ce sont des capitules bordés d’une première rangée de fleurs équipées d’un pétale proéminent qui donnent aux marguerites et à ses cousines cet aspect si caractéristique. Chaque cercle de fleur s’épanouit l’un après l’autre jusqu’au centre, assurant à ce capitule une durabilité exceptionnelle dans les massifs ou dans les vases.

IMG_9026-copie

Faciles à cultiver !
Mises à part les espèces originaires des Tropiques qui peuvent craindre le gel, la plupart des astéracées sont de bonne composition et se cultivent sur tous les sols, secs ou même pauvres. Il suffit d’implanter les vivaces dans les massifs au printemps pour obtenir une floraison l’été suivant et, au bout de peu d’années, une touffe que l’on pourra diviser. Les annuelles trouveront naturellement leur place dans les prairies fleuries ou en bordure. Il suffira de les semer en pleine terre, à l’automne ou au printemps.

IMG_9087-copie

Au rayon des vivaces
La grande marguerite est une plante de massif printanière par excellence. Facile à semer ou à multiplier par division, vous pourrez choisir parmi plusieurs variétés dont Aglaïa ou Crazy Daisy qui présentent des capitules aux pétales doubles. Les rudbeckias sont des vivaces aux tons chauds qui peuvent craindre les hivers rigoureux ; elles sont indispensables. Essayez Rudbeckia fulgida, à la floraison qui dure deux mois, ou Rudbeckia maxima, qui porte bien son nom puisqu’elle peut atteindre deux mètres de haut. Les échinacées, proches des rudbeckias, présentent des fleurs roses ou blanches avec un cœur de capitule hérissé et des pétales rigides caractéristiques.
Les érigerons et les asters vous permettront d’introduire le bleu dans votre palette jardinière. Les premiers présentent une floraison estivale longue, les asters illuminent l’automne. Essayez Erigeron speciosus Blue ou Pink Jewel qui forment des touffes de 80 cm, Aster x Frikartii « Mönch », aux grandes fleurs bleu lavande au cœur jaune, très gracieuses, plus hâtives que les autres, Aster Shortii, aux fleurs bleues de 3 cm de diamètre, un des plus florifères. L’automne ne peut se passer des dahlias dont vous aurez pris soin de planter les « bulbes » en mai et que vous déplanterez avant les grandes gelées. Essayez les variétés à fleurs simples ou semi-doubles, moins sophistiquées que les pompons, elles trouvent parfaitement place dans les massifs à l’aspect sauvage.

IMG_9339-copie1

Du côté des annuelles
Semez des soucis une année, ils se ressèmeront tous seuls pour conquérir les places vacantes de votre jardin. Leurs fleurs orangées apparaîtront tôt en saison pour ne disparaître qu’au début de l’hiver si vous prenez soin de couper les fleurs pour en faire des bouquets. Adeptes des prairies fleuries, vous ne pourrez pas vous passer des chrysanthèmes des moissons ou des centaurées, les bleuets de nos champs ayant fini, après maintes sélections, par devenir plus doubles ou presque noirs, rouges ou roses. À semer à l’automne ou au printemps, directement en place.

Les cosmos et les zinnias ne supportant pas les gelées, vous les sèmerez au milieu du printemps en les arrosant de temps en temps pour obtenir des plants vigoureux dans lesquels vous piocherez des bouquets tout l’été. Essayez le Cosmos sulphureus aux fleurs plus petites et orange fluo, ou préférez le cosmos Daydream, moins agressif, dont les pétales offrent un dégradé de roses vers le blanc.

Le tournesol est une plante quasiment monstrueuse, avec une tige solide ; il peut atteindre des hauteurs records ou donner des capitules plus gros qu’une tête. À semer en avril, vous pourrez choisir des variétés qui sortent de l’ordinaire champêtre : le Velvet Queen entièrement marron, l’Orange Sun aux fleurs garnies de pétales comme un énorme pompon jaune. À la recherche des records, vous essaierez le soleil géant qui peut atteindre 4,50 m.

Les astéracées s’inscrivent naturellement parmi les grandes familles des plantes décoratives. Leur culture, facile, est une incitation à l’association des coloris les plus vifs, un jeu de lumière dans le jardin. Elles existent aussi en légumes ! Laitues et chicorées en sont les dignes représentantes au potager. Si les laitues n’ont aucun intérêt floral, le bleu des capitules des chicorées, qui ont monté précipitamment, est tout simplement fascinant.

MG_0725-copie